C'est un sujet qui me tient à coeur, c'est une des cicatrices de ma vie...autant sur le plan physique que psychologique. Attention, cet article est très personnel et je ne généralise pas, je ne prétends ni jouer les psychologues, ni apporter une réponse à ce que peuvent ressentir toutes les femmes. Je parle pour moi, mais je sais que certaines me rejoindront sur quelques points.

J'ai eu 3 beaux enfants, qui font ma fierté et qui sont ma plus grande réussite. C'est certain! Mais il y a une ombre au tableau...j'ai eu 3 césariennes.

3 fois on m'a arraché mes bébés. 2 fois je me suis sentie complètement inutile, spectatrice de mes "accouchements".

IMG_2475

Oui, ce n'est pas une erreur, j'ai bien noté 2 fois...Première césarienne en urgence, le jour du terme après un monitoring on m'annonce que dans 4mn je dois être au bloc car mon bébé a son rythme cardiaque qui chute.

Les 2 années qui ont suivies je pleurais à chaque fois que j'entendais les récits d'accouchements, j'étais incapable de regarder BABYBOOM sans verser toutes les larmes de mon corps en me disant que ces femmes avaient une chance inouïe d'avoir ressenti les contractions, d'avoir mis au monde leur bébé. Pour moi je n'avais pas accouché...on m'avait donné un bébé! Une sensation d'arrachement. J'étais inconsolable et incontrôlable!

Deuxième césarienne, même topo, en urgence car gros bébé, un cordon autour du cou et suite aux soucis rencontrés avec ma fille lors de la première césarienne le docteur n'a pas voulu prendre de risque. Mais cette fois-ci, 27h de contractions gérées à la maison, j'ai senti mon bébé qui descendait, et j'ai eu l'espoir d'un accouchement par voie basse...j'étais actrice!! J'ai aidé et accompagné mon bébé, pas jusqu'au bout malheureusement mais le plus possible.

Il aura donc fallut attendre ma seconde césarienne pour que j'arrive à en parler et à être fière de moi. Des heures de contractions et j'ai vraiment souffert mais bizarrement j'ai adoré!! J'ai adoré sentir la douleur monter, atteindre son paroxysme et se calmer...j'ai adoré parcourir les 30km qui nous séparaient de la maternité en donnant des grands coups de poing dans le toit de la voiture...tout comme j'ai adoré envoyer balader mon mari quand il a voulu me tenir la main pendant les contractions. Bref, j'ai adoré et certaines me diront que je suis dingue!! Peut-être, peut-être pas. Cette sensation de plénitude ne s'explique pas, elle se vit, se ressent et surtout, comme je l'ai dit plus haut, j'étais actrice et ce rôle que mon corps m'offrait était le plus beau de ma vie même si je n'ai au final pas accouché par voie basse, je garde un souvenir génial de cette césarienne!

Pour ma dernière césarienne, pas d'urgence, elle a été programmée 10 jours à l'avance. Et je crois finalement que c'est celle que j'ai le moins bien vécu. J'ai eu l'impression de prendre rdv pour avoir mon bébé, comme si j'étais une incapable. La veille et jusqu'à ce que je me retrouve sur la table d'opération, je n'ai fait que pleurer et flipper, j'étais même terrorisée. Pourtant, aucune surprise, je savais ce qui m'attendait tant sur le plan organisationnel, que sur le plan des douleurs physiques. C'est inexplicable, mais impossible de me raisonner malgré la bienveillance et la gentillesse du personnel hospitalier.

Mon récit n'est pas très structuré, et peut-être pas très intéressant mais, pour ceux qui me liront, évitez de dire à une femme qui a subit une césarienne, ou qui a été déçue par le déroulement de son accouchement "oui mais le principal c'est que le bébé aille bien". On n'est pas bête, on se doute bien que les docteurs ne font pas des césariennes pour le fun et qu'ils pèsent le pour et le contre. Et oui, le principal c'est que tout le monde se porte au mieux, on est bien d'accord. Mais d'un point de vue psychologique ce n'est pas toujours aussi simple. Difficile de se raisonner quand on a vécu son "accouchement" comme une souffrance et comme un mauvais moment à passer! Je mets accouchement entre parenthèse car pour ma part je n'arrive pas à me dire que j'ai accouché mais que j'ai été "césarisée". C'est différent! 

Certes, j'ai de la chance, mes bébés sont en bonne santé et je n'ai jamais eu aucune complications mais dédramatiser une césarienne en disant "c'est pas grave le principal c'est que le bébé aille bien" c'est comme dire à quelqu'un qui vit le deuil d'une personne âgée "oui mais elle a bien vécu"...en toute sincérité, d'entendre ce type de phrase ça me rend dingue! Sous prétexte que la personne était âgée il ne faut pas être triste?? Sous prétexte que le bébé est en bonne santé il faut se réjouir d'avoir eu le ventre ouvert, de ne pas avoir eu le temps de voir son bébé, de ne pas avoir eu la chance de faire du peau à peau avec son bébé, et d'avoir vu ton mari être sorti de la salle pendant qu'on te préparait?? Ces phrases qui vous semblent bienveillantes, et qui sont sûrement dites dans l'espoir de soulager votre interlocuteur sont pour certaines personnes des coups de poignards. J'exagère à peine, car il a fallut que j'apprenne à mettre mon poing dans ma poche pour ne pas exploser quand j'entendais ces arguments tout prêt et tellement pratique pour ne pas être obligé d'écouter les lamentations d'une personne blessée. Attention, je ne blâme pas tous ceux qui disent ça car pour beaucoup c'est d'une sincérité et d'une logique sans faille, juste que pour certains c'est la facilité et d'autres ne voient pas l'intérêt d'épiloguer sur la situation. 

Il faut prendre le temps de comprendre et d'échanger. Les points de vue seront sûrement différents, les épreuves de la vie ne se vivent pas et ne se ressentent pas de la même manière en fonction de la personnalité, du caractère et du vécu de chacun. Voilà pourquoi les phrases toutes faites peuvent être blessantes plus que réconfortantes même si elles sont dites avec toute la gentillesse possible.

Mesdames qui passez par-là et qui peut-être avez une césarienne de prévue, ne prenez pas peur, mon cas n'est pas une généralité! J'ai rencontré quelques femmes ravies d'avoir eu des césariennes plutôt qu'un accouchement par voie basse!

Tout ce que je vous souhaite, et tout ce que je souhaite à toutes les femmes enceintes, c'est d'avoir la chance de vivre des grossesses idylliques et d'être entourées comme je l'ai été par un personnel hospitalier au top!

3 césariennes, 3 séjours de 7 jours à l'hopital de Roanne et je ne regrette pas ce choix...le personnel du bloc opératoire, les sages-femmes, le secrétariat, les auxiliaires puéricultrices et j'en passe...tout le monde a été adorable, prévenant, à l'écoute. Ils font tous un joli métier, et en ce qui me concerne, tout a été parfait! Le choix des personnes qui vous accompagnent tout au long de cette belle période qu'est la grossesse est primordial!

Pardon...petit bémol : la seule phrase toute faite que je valide à 2 000% c'est "profites en bien, ça grandit / passe trop vite"...celle-ci est entièrement vraie, validée et approuvée. Les bébés changent vite, les enfants grandissent vite et le temps file à une allure folle, alors PRO-FI-TEZ!!!!!

Deuxième petit (gros!!) bémol : dans les situations de césarienne en urgence, pensez aussi au papa, qui reste seul dans les couloirs et qui ne sait pas forcément ce qu'il se trame...pour ma première césarienne, le papa a attendu 1h30 seul dans les couloirs à se poser 3000 questions, ne sachant pas si nous allions bien le bébé et moi. C'est lui qui a vécu le pire psychologiquement parlant pendant ces 1h30, vite oublié quand il a vu sa fille pour la première fois. Une césarienne en urgence ce n'est anodin ni pour la maman, ni pour le papa, ni pour le bébé même si c'est ce qui le sauve...je pense avoir fait le tour, même si j'ai écrit sans me relire et avec le coeur plus qu'avec ma tête. 

Si vous me lisez et que certaines choses vous interpellent, n'hésitez pas à me laisser un petit com'.